Kauri

Le Kauri (Agathis Australis) est un type de conifère qui ne vit que sous les climats subtropicaux de Nouvelle-Zélande. Les premiers exemplaires  ont fait leur apparition dans la période jurassique il y a environ 190/135 millions d'années.

Ils sont les plus grands arbres du monde pour le cubage  du tronc, qui dépassent les  70 mètres de haut pour un diamètre qui peut atteindre neuf mètres.  Malheureusement, la plupart de ces forêts ont été abattues à l'arrivée des colons anglais pour l’exploitation du bois et pour dégager de l’espace pour le pâturage des moutons. Aujourd'hui, ces arbres sont protégés par le  gouvernement néo-zélandais et l’abattage  est strictement interdit.

Le plus grand Kauri encore en vie est le  "Tane Mahuta" ou "LE SEIGNEUR DE LA FORÊT " dans la langue maori.

Le bois millénaire de kauri, originaire des marais

Il y a environ 50.000 ans, à la fin de la dernière ère glaciaire, une série de cataclysmes aujourd'hui encore inexpliqués a  abattu des forêts entières d’arbres de  Kauri , en les submergeant dans l'eau et dans  la boue. Les particularités de cette boue et le manque absolu d'oxygène permirent à ces arbres, enfouis dans les marais pour  30/40/50 mille ans, d’éviter  les processus chimiques de décomposition et de  putréfaction et de parvenir ainsi intacts jusqu’ à nos jours.

En creusant  dans le sol on rencontre de véritables  "mines de bois”; Le caractère unique réside dans le fait que, malgré le séjour de milliers d’années dans la boue, ces troncs sont parfaitement conservés et ont les mêmes caractéristiques que celles d'un bois qui viendrait d’être abattu. Avec les  troncs ont été trouvés aussi des blocs de loupe qui peuvent atteindre  jusqu'à 30 mètres cubes.

L'abondance de résine dans les loupes détermine la présence d'effets dorés  en raison de la transformation  de la résine en ambre, qui ressemble à la poudre d'or.

Extraction et travail

Le Kauri des marais se trouve  dans les zones où il y avait de grands marais préhistoriques qui ont été drainés.

Une fois le “gisement” découvert, on procède à l'extraction en utilisant  des excavatrices  et des bulldozers. Les opérations de récupération présentent des difficultés particulières étant donné l’état boueux et friable des sols dans des zones difficilement accessibles et étant donné la taille considérable des troncs  qui nécessitent l'utilisation de lourds engins de levage. Les troncs, qui peuvent peser de 200 à 300 tonnes, obligent  les opérateurs à les couper en deux ou en plusieurs parties pour permettre leur enlèvement  et leur transport.

Ensuite, les tronçons  sont découpés en planches.  Il s’agit d’ une opération très délicate, longue et minutieuse,  afin d'obtenir une épaisseur homogène, ce qui nécessite un système de coupe tangentielle, afin de minimiser la manipulation des gros troncs. Le temps pluvieux de l'hiver et la nature semi-marécageuse du terrain, obligent les  opérateurs  à effectuer l’excavation  seulement à la saison sèche et de passer les mois d'hiver à traiter  et  finir  le  matériau.

Une fois extraits, ces arbres  sont soumis à la datation par la méthode du carbone 14 réalisée par les laboratoires universitaires d'Auckland. L'âge des arbres varie de 7.000 à 50.000 ans, ce qui se traduit par des nuances de couleurs différentes.

Collection de tables en kauri

Cette dernière,  qui produit des meubles prestigieux  en  bois massif  en collaborant avec des architectes et des designers de premier plan a su travailler d'une manière unique ce matériau merveilleux,  que des mains habiles vont transformer en plateaux de tables qui sont de véritables œuvres d’art offertes par la nature.

La dimension de ces troncs permet la réalisation de tables en une seule pièce, allant de 2 à 12 mètres de longueur, la dimension  des tables ayant pour seules limites, celles de la capacité du conteneur utilisé pour le transport. Chaque client a la possibilité de choisir son plateau en exclusivité  et de choisir la finition qui peut être naturelle ou comporter  des incrustations de résine.